Quelles sont les différences entre panneaux de circulation et de signalisation ?

Publié le : 13 juillet 20234 mins de lecture

Lorsque l’on entend parler de panneaux de signalisation, on pense toujours aux panneaux de circulation. Cependant, il existe également un marquage routier qui, au lieu d’être vertical comme les panneaux de signalisation, est horizontal. En outre, il est peint sur le sol. Découvrez ci-dessous les différences entre ces deux types de marquage ! De la même manière, nous avons déjà parlé des panneaux de signalisation : souvenez-vous de la signification de chacun d’entre eux. Nous avons également parlé de la façon d’obtenir la plaque noire sur les voitures et de ses avantages.

Le marquage routier : ce que c’est et ses fonctions

Comme nous l’avons déjà mentionné, la délimitation des routes n’est rien d’autre que la signalisation routière. Il s’agit de peintures réalisées directement sur les routes pour guider à la fois les conducteurs et les piétons. Par exemple, un simple passage pour piétons est un marquage routier. Cependant, il ne s’agit pas d’une simple peinture. Il s’agit d’une peinture réalisée avec de la peinture et des machines spécifiques, avec une couche d’époxy et un soin particulier. Ces peintures sont exposées aux véhicules, aux piétons et presque toujours à l’extérieur, c’est-à-dire à la pluie et au soleil. Une autre caractéristique typique des démarcations routières les plus modernes est la peinture rétroréfléchissante. Dans ce cas, elles sont également visibles la nuit. Cependant, ils ont besoin d’au moins un point lumineux comme source, ne serait-ce que les phares et les torches des voitures elles-mêmes. Dans tous les cas, le marquage routier est essentiel pour l’organisation et la sécurité générale de la circulation. Sans eux, le mouvement des véhicules et des piétons serait chaotique, précisément en raison du manque de clarté sur la façon dont l’ingénierie du trafic de cet endroit est conçue pour maintenir sa fluidité.

Démarcation routière : différents types et couleurs

Sur la base de ce que nous avons détaillé ci-dessus, il est devenu clair que la démarcation des routes est une caractéristique présente sur différents types de routes. En principe, les routes, les voies et les rues en général, pour autant qu’elles soient asphaltées, sont dotées de ces marquages. Seuls les chemins de terre en sont dépourvus, car ils ne comportent que des panneaux verticaux. Outre les routes, les trottoirs et les parterres de fleurs sont également pourvus de ces marquages. Sans oublier les lieux privés accessibles au public, tels que les cours, les garages, les parkings, etc. Un autre aspect fondamental est la couleur dans laquelle est réalisée la délimitation de la route. Il existe 4 couleurs principales. Les démarcations blanches sont les plus courantes, pour les passages piétons dans les villes et les flux de direction sur les autoroutes. Sans oublier l’utilisation de symboles tels que les flèches et les « zébras » qui indiquent une interdiction de circuler.

Une autre couleur courante est le jaune, en particulier sur les autoroutes. Les symboles jaunes sont plus courants pour indiquer ou diviser les rues à double sens, comme dans l’utilisation de lignes centrales continues ou sectionnées. Le bleu indique des éléments plus spécifiques, tels que les symboles de fauteuils roulants sur les places de stationnement publiques ou privées. Ou encore les places réservées aux personnes âgées. Enfin, il existe également des démarcations routières en rouge. Dans la logique des feux de circulation et de la signalisation verticale traditionnelle, la couleur attire ici l’attention. Elles indiquent, par exemple, les points d’urgence comme les hôpitaux. Ou encore les pistes cyclables, qui requièrent elles aussi attention et vigilance.

Plan du site